La parentalité équitable vue par la société- Adrijana Visnjic Jevtic

La parentalité moderne suppose une participation égale des deux parents à l’éducation, à la formation et aux soins des enfants. Bien entendu, il ne s’agit pas de tout partager en proportions égales, mais que chaque parent assume la part des responsabilités dans laquelle il se sent le plus sécurité et le plus compétent. Ces obligations sont donc imbriquées et non figées. Pendant des siècles, la parentalité a été le plus souvent associée à la maternité. Au contraire, la parentalité contemporaine cherche à mettre en valeur le rôle paternel. Les changements dans la parentalité sont les plus souvent décrits par une implication égale des pères (évolution du rôle du soutien de famille au père qui participe activement au soutien du développement global de l’enfant) que par des changements dans le rôle de la mère (de la mère qui est le principal pourvoyeur de soins à la mère qui a également une vie professionnelle).

L’image d’un “nouveau” père attentionné, émotionnellement impliqué, activement engagé, veillant à ce que tous les besoins des enfants soient satisfaits (physiologiques, émotionnels et le besoin de réalisation de soi) est plus fréquente dans la recherche scientifique. En parallèle, les images d’un père endormant son propre enfant (!) ou d’un père s’habillant avec des vêtements issus de dessins animés populaires (comme le personnage d’une princesse ou d’une licorne) apparaissent souvent dans les médias et sur les réseaux sociaux comme l’image d’un père moderne. La nécessité de mettre en évidence des exemples tels que ceux-ci indique la pertinence de la question (sociale) de la compréhension de la parentalité contemporaine/équitable. En analysant les publicités pour divers produits destinés aux enfants/familles, il est évident que, le plus souvent, les femmes apparaissent dans des rôles liés à la garde des enfants. Une telle approche conduit à la perception que les pères sont moins capables et qu’ils ne participent (que) partiellement à l’éducation des enfants. Bien que la “culture de la paternité” soit de plus en plus présente, il est nécessaire de se demander si la société est prête à accueillir des pères capables, impliqués émotionnellement, attentifs et actifs.

 S’il est probable qu’il y ait de nombreux exemples positifs, nous devons être conscients des exemples moins positifs. Pour comprendre l’expérience sociale de la parentalité, nous devons nous demander :

• Si un parent est en public et que son bébé a besoin d’être changé, peut-il toujours le faire sans hésitation ? Il faut savoir que l’endroit pour changer les couches se trouve généralement dans les toilettes des femmes.

• Comment le père se sent-il dans les espaces publics où les lieux réservés aux enfants (alimentation, change, etc.) sont appelés “coin de mamans” ? Peut-il préparer le biberon de son bébé et se sentir à l’aise ?

• Que ressent le père lorsqu’il achète des couches et que le caissier lui demande s’il soit sûr que ce sont les couches dont il a besoin ? Peut-être se demande-t-il (ou mieux, il demande à la caissière) si la caissière pose les mêmes questions aux mères.

Bien que les sociétés encouragent l’égalité des parents, les coutumes quotidiennes révèlent le plus souvent l’existence d’une inégalité. Bien que la recherche montre que la participation égale de la mère et du père est nécessaire au bien-être de l’enfant, la société valorise cette participation selon ses propres normes ; les règles du jeu ne sont pas toujours équitables.

En réfléchissant à l’expérience de l’égalité parentale, il ne faut pas oublier que l’expérience du père diffère selon la culture à laquelle appartient la famille. Dans certaines cultures, les rôles de la mère et du père sont encore divisés, et chacun a “ses propres tâches”. Il serait erroné d’espérer que le paradigme de la paternité active devienne une loi dans le monde entier. Certains pays cherchent à contribuer à une paternité “active” en édictant des règles visant à garantir la participation active des pères à l’éducation, à la formation et aux soins des enfants. Par exemple, cela se reflète en Allemagne dans l’accent mis sur les droits des pères, mais aussi dans la présence accrue des pères dans les espaces publics. Dans certains autres pays, les droits des pères incluent le droit de prendre un congé de paternité (de 2 jours au Rwanda à 45 semaines de congé de paternité payé ou un an de congé non payé en Norvège).

Si les politiques peuvent changer pour assurer l’équité entre les pères et les mères, elles n’entraînent pas toujours des changements dans la société. La société a encore tendance à regarder avec suspicion un père qui achète des produits d’hygiène pour son enfant et à mettre en doute sa capacité à acheter ce qui est nécessaire. Un père qui n’est présent que si la mère est incapable de s’occuper de l’enfant rend l’éducation des enfants plus difficile non seulement pour lui, mais pour tout le monde. Mettre l’accent sur la mère seule n’est pas juste pour elle non plus. Son rôle de mère est resté intact depuis l’époque où les familles se sont établies dans les communautés. Son nouveau rôle de professionnelle ne fait qu’ajouter aux tâches qu’une mère doit accomplir. Les pères, quant à eux, ont un rôle professionnel auquel ils veulent ajouter celui de père actif. Intégrer les pères à toutes les étapes des soins prénataux, les faire participer à la naissance et leur donner l’occasion de nouer des liens avec le nouveau-né contribue au bien-être de l’enfant, du père et de la mère. En tant que professionnels de l’éducation de la petite enfance, nous pouvons faire évoluer la conscience que la société a de la parentalité contemporaine. Dans cette société, les pères ne remplacent pas les mères, mais pour l’enfant, ils sont des parents égaux.

La prochaine fois que vous verrez un “coin pour les mères” ou un endroit pour changer les couches dans les toilettes pour femmes, demandez aux responsables s’il existe une telle organisation. La prochaine fois que vous verrez un père acheter des produits alimentaires pour sa famille, assurez-vous qu’il sait ce dont sa famille a besoin.

Adrijana Višnjić Jevtić est professeure associée à l’Université de Zagreb, Faculté de formation des enseignants (Zagreb, Croatie). Ses recherches portent sur l’éducation précoce, la coopération entre les familles et les institutions éducatives, ainsi que sur la compétence et le professionnalisme des enseignants de la petite enfance. Elle a écrit et co-écrit plus de 20 articles de recherche, publiés dans des revues telles que l’International Journal of Early Childhood et l’IJEC, entre autres. Elle est également l’un des éditeurs de Children of the World and Their Rights : 30 Years with the CRC (Springer, 2021). Elle est membre de l’OMEP, de l’EECERA et de TACTYC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre Lettre
Page Facebook
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal