La participation à l’éducation préscolaire favorise le développement de l’enfant, mais son progrès a stagné- Institut de statistique de l’UNESCO





L’éducation de la petite enfance est l’un des sept principaux indicateurs de référence de l’Objectif de Développement Durable (ODD) 4, qui souligne l’importance pour le développement et le bien-être des élèves, ainsi que pour le renforcement de leur résilience. Il est reconnu que la scolarisation de la petite enfance stimule la préparation des enfants à l’école et favorise leur future expérience d’apprentissage, mais la participation à l’apprentissage organisé (un an avant l’âge officiel d’entrée à l’école primaire) est loin d’être globale.

Dans la majorité des régions, il y a eu une augmentation dans le progrès de participation à l’éducation des jeunes enfants et, en 2020, trois enfants sur quatre dans le cadre d’un programme d’éducation préscolaire ou d’éducation de la petite enfance, ou en tant qu’élève mineur du niveau primaire. Toutefois, les progrès au niveau mondial ont stagné, après des augmentations constantes entre 2010 et 2015.

En ce qui concerne le tableau de bord 2023 de l’ODD 4, il suit les progrès réalisés par les pays sur les points de référence en mettant l’accent sur l’éducation de la petite enfance. Le 4 avril, les directeurs de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), Silvia Montoya, et du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM), Manos Antoninis, ont participé avec l’Organisation Mondiale pour l’Éducation Préscolaire (OMEP) à un webinaire où ils ont parlé sur les progrès réalisés par les pays pour atteindre les objectifs nationaux de l’indicateur 4.2.2 des ODD, qui mesure le taux de participation à l’apprentissage organisé (un an avant l’âge officiel d’entrée à l’école primaire) par sexe. Ils ont examiné aussi les politiques visant à améliorer la participation à l’éducation de la petite enfance (EPE).

Trois quarts des enfants dans le monde sont scolarisés dans l’enseignement préscolaire, mais il existe de grandes disparités entre les régions

Au niveau régional, les taux de participation sont les plus élevés en Europe et en Amérique du Nord, ainsi qu’en Amérique latine et dans les Caraïbes, où près de 95 % des enfants sont inscrits à un programme éducatif. Les pays des deux régions, Afrique subsaharienne et Afrique du Nord et Asie de l’Ouest, ont enregistré des progrès constants depuis 2010, mais en 2020, environ la moitié des enfants en âge de fréquenter l’école préscolaire dans ces deux régions d’ODD ne seront pas scolarisés.

D’un côté, l’Afrique subsaharienne est confrontée au défi particulier d’une forte croissance démographique qui exerce une pression supplémentaire sur les pays espérant augmenter les taux de scolarisation dans l’enseignement préscolaire. Comme l’indique le tableau de bord d’ODD 4 consistant à un rapport conjoint de l’ISU et du Rapport GEM, l’Afrique subsaharienne comptait 70 millions d’enfants de 4 à 5 ans au début de l’année 2023. Dans trois ans, il est prévu que cette cohorte augmentera d’un million par an en moyenne au cours des 20 prochaines années, dépassant l’Asie centrale et méridionale en tant que région ayant la plus grande population dans ce groupe d’âge.

Deux pays sur cinq n’ont pas atteint la parité des sexes, principalement au détriment des garçons

Bien que toutes les régions aient atteint la parité des sexes en matière de taux de participation, cela masque des disparités au niveau national, quatre pays sur dix ayant pas encore atteint cette parité.

En outre, les filles et les garçons ont les mêmes niveaux de participation à la scolarisation de la petite enfance au niveau mondial et dans toutes les régions. Toutefois, les ratios de parité au niveau global masquent des disparités entre les sexes au sein des pays. En effet, parmi les pays disposant de données récentes, 40 % n’ont pas atteint la parité de sexes.

En Asie de l’Est et du Sud-Est, la moitié des pays n’ont pas atteint cette parité, et en Océanie et en Afrique subsaharienne, la proportion est d’environ deux tiers. Les disparités peuvent se produire au détriment de l’un ou l’autre sexe, bien que les taux de participation soient plus élevés chez les filles que chez les garçons dans la majorité des pays n’ayant pas atteint la parité.

Le taux de participation à l’apprentissage organisé (un an avant l’âge officiel d’entrée dans l’école primaire)

Chart, line chart

Description automatically generated

L’indicateur 4.2.2 est l’un des sept indicateurs de référence utilisés pour suivre les progrès accomplis dans la réalisation de l’ODD 4

D’abord, le rapport du tableau de bord de l’ODD 4 examine les progrès réalisés en matière de taux de participation à l’enseignement préscolaire et les compare à la fois aux points de référence nationaux que les pays se sont fixés et aux points de référence réalisables fondés sur les tendances historiques. En 2022, lors du Sommet de transformation de l’éducation (TES), des points de référence ont été fixés pour sept indicateurs 4.2.2 sur l’éducation de la petite enfance. Son objectif est d’établir des points de référence pour permettre aux pays d’évaluer leur progrès accomplis vers leur objectif final pour ces indicateurs.

Sur les 207 pays communiquant des données pour l’indicateur 4.2.2, 149 ont fixé des valeurs de référence pour 2025 et/ou 2030 et le tableau de bord des progrès indique que 28 % des pays progressent rapidement. Toutefois, si les points de référence nationaux montrent ce que les pays visent à atteindre, ces objectifs ne sont pas toujours réalistes au regard des tendances historiques et de ce qui peut être faisable dans leur contexte et leur situation. Si les pays continuent sur la même trajectoire que par le passé, l’ISU et le rapport GEM estiment que 38 % d’entre eux progressent rapidement vers un taux réalisable de participation à l’éducation préscolaire de la petite enfance.

Enfin, la participation à l’éducation de la petite enfance, telle que mesurée par l’indicateur 4.2.2, est un point de départ important pour mettre les enfants sur la voie de la réussite tout au long de leurs années de scolarité. Il est clair que des progrès ont été réalisés, cependant il reste encore beaucoup à faire pour que tout enfant ait la possibilité d’entrer à l’école préscolaire afin d’acquérir une socialisation précoce et des compétences pour l’école et la vie.

Les sources de données de l’indicateur 4.2.2 :

L’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) fournit des données à l’Indicateur 4.2.2 et à d’autres indicateurs de l’éducation, y compris de nouvelles informations provenant de l’actualisation des données du mois de mars

Les données sont disponibles sur l’explorateur de données de l’ODD 4 et elles peuvent être recherchées par région et par pays, et en fonction du sexe, de la vie urbaine/rurale et du quintile de richesse de la famille. Du point de vue de l’équité, comprendre quels enfants vont (ou ne vont pas) à l’école préscolaire aide les décideurs politiques à cibler les interventions sur ceux qui en ont le plus besoin.

  • Données administratives des écoles et autres centres d’enseignement organisé.
  • Données administratives des ministères de l’éducation sur l’âge officiel d’entrée dans l’enseignement primaire.
  • Enquêtes auprès des ménages sur les inscriptions par année d’âge dans les programmes d’apprentissage de la petite enfance.
  • Recensements et enquêtes de population pour l’estimation de la population par année d’âge (si l’on utilise des données administratives sur la scolarisation).

Les données requis pour calculer cet indicateur :

  • Nombre d’enfants participants à des activités d’apprentissage organisées par année d’âge.
  • Estimations de la population par année d’âge (si l’on utilise des données administratives).
  • Données sur l’âge official d’entrée dans l’enseignement primaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Lettre
Page Facebook
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal