L’apprentissge des enfants par le système de modélisation social – Eleonora Glavina

Au cours d’une journée typique à la maternelle, Martha, 5 ans, dit à Carl, même âge : « Allons jouer au papa et à la maman. Tu liras le journal, je ferai la cuisine et celui-ci est notre bébé. » Puis, elle prend Carl par la main et l’emmène à l’espace « coin cuisine » de la maternelle, lui met le livre d’images dans les mains, lui montre où s’asseoir, prend la poupée et dit : « cette poupée sera notre bébé. » Et c’est ainsi que le jeu commence. Cependant, il semble que Carl n’ait pas l’air d’être emballé par le rôle du « lecteur » dans la répartition des tâches ménagères (après tout, est-ce qu’aujourd’hui les gens ne sont pas sur leurs portables et ne lisent pas ?!) et cherche un rôle plus actif dans la cuisine. Il propose de “couper” les légumes tandis que Martha « prépare » la viande pour la rôtir. Martha n’aime pas ça. Chez elle, la cuisine est le « royaume » de sa mère; alors elle essaie d’expliquer à Carl qu’il n’a vraiment rien à faire pour être un « papa ».  Carl explique que les papas aident les mamans dans la cuisine et qu’il doit aussi faire quelque chose, sinon il ne jouera pas avec Martha.  Elle, confrontée à la possibilité de mettre fin au jeu, accepte à contrecœur que Carl l’aide un peu.  Le jeu se poursuit avec une nouvelle répartition des tâches ménagères.  Le repas est plus délicieux et la cuisine plus propre grâce à une contribution et à une coopération commune.

En observant Martha et Carl, il est clair pour nous qu’ils ont apporté dans le jeu la perspective dont ils sont témoins à la maison. Les parents ne sont pas souvent conscients de l’impact qu’ils ont sur leurs enfants par leurs actions et beaucoup moins par leurs paroles. Les petites têtes nous observent de près, scrutant et mémorisant chacune de nos actions et réactions émotionnelles. Si vous ne le croyez pas, regardez sur Internet les enregistrements de jeunes enfants qui n’utilisent pas encore la parole comme principal moyen de communication, mais qui « parlent » de manière convaincante au téléphone portable comme leur mère ou font de l’exercice comme leur père. Les enfants apprennent principalement le comportement et l’expression des émotions selon des modèles, c’est-à-dire, en observant d’autres personnes.  Les adultes qui les entourent, qui sont importants pour eux et auxquels ils sont émotionnellement attachés, ont des réactions qui leur montrent comment et quoi faire lorsqu’ on est heureux, triste, déçu ou fâché…La réaction de l’environnement à un certain comportement est également enregistrée dans la tête des enfants.  Ainsi, une réaction positive de l’environnement au comportement de quelqu’un augmentera les chances qu’un enfant qui observe ce comportement l’inclue dans son répertoire.

Les enfants mettent en pratique les modèles qu’ils apprennent chaque jour dans leur environnement quotidien, y compris l’école maternelle, où ils ont le plus d’occasions d’apprendre des compétences sociales et où ils passent souvent la majeure partie de leur journée pendant la semaine scolaire.  Bien sûr, là aussi, ils apprennent aussi des éducateurs et des autres enfants.  Toutes ces influences sont très complexes et elles interagissent, mais nous pouvons affirmer que les enfants qui sont toujours accueillis par la joie et un câlin de la part de leur maman et leur papa, seront plus disposés à montrer leur bonheur lorsqu’ils voient leurs proches. De même, les enfants qui assistent à l’expression de la colère par l’agressivité envers les autres montreront plus souvent la colère et la frustration à eux-mêmes de la même façon. Les enfants devraient également avoir l’opportunité de voir comment les adultes sont confrontés à la tristesse et comment l’environnement réagit de différentes manières par la compréhension et l’empathie. Nous leur envoyons donc un message important sur ce qu’il faut attendre de l’entourage dans de telles situations.

Il est vraiment important de savoir et de se rappeler à quel point nous sommes précieux pour l’apprentissage social de nos êtres les plus chers dans le monde, nos enfants. Il est important de le savoir pour nous et pour eux. Nos gestes envers les autres et les rapports que nous développons avec eux, sont ce que les enfants remarquent et se souviendront beaucoup mieux et plus durablement que ce que nous leur dirons et ce que nous leur enseignons. 

Et maintenant, revenons au début. Qu’est-ce que Martha et Carl ont montré pendant leur jeu ?  Carl a montré que le modèle de répartition de responsabilités vécu dans son entourage familial est plus ou moins égal, et que le père et la mère n’ont pas de rôles strictement divisés dans l’exécution des tâches liées à la préparation des repas. Martha a montré que son point de vue sur la répartition de tâches ménagères est plus stéréotypé, enclin   à la répartition du travail selon le sexe. Carl a montré qu’il n’est pas prêt à abandonner immédiatement ses idées et qu’il sait se battre pour son rôle actif d’une bonne manière et socialement acceptable. Probablement, il a également appris quelque chose par le biais de l’observation. Martha a montré qu’elle sait comment contrôler ses désirs au profit de la collaboration et de la poursuite du jeu. Le jeu ensemble a duré assez longtemps et a été riche en nombreuses idées et détails, ce qui nous indique qu’ils l’ont tous deux apprécié. Carl et Martha, ont tous deux appris une bonne et utile leçon sur la diversité, la coopération et la tolérance.  Ils auront beaucoup plus de leçons de ce type à donner à leurs compétences sociales et ils les adoptent de leur vivant. Mais, félicitations, c’est un bon début !  Bien sûr, pour eux, à leurs parents et à leurs éducateurs !            

Eleonora Glavina est une spécialiste universitaire en psychologie clinique travaillant en tant qu’associée et conseillère experte à l’école maternelle Cipelica à Čakovec (Croatie).  Dans son travail professionnel et scientifique, elle se centre sur les domaines suivants : l’attachement précoce et le développement des compétences sociales des enfants, la coopération avec les parents et l’intégration des enfants handicapés dans le système éducatif préscolaire.  Elle présente ses résultats scientifiques et professionnels lors de séminaires et de conférences en Croatie et à l’étranger. Eleonora collabore avec des experts du domaine de l’éducation de la petite enfance ainsi que des autres professions et apparaît comme co-auteure dans de nombreuses publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre Lettre
Page Facebook
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal