L’OMEP à la 59e session de la Commission du développement social (CSocD59)- NU

Dès le début de la pandémie mondiale en mars 2020, huit partenaires ONG-UNESCO : Make Mothers Matter, la Fédération internationale des femmes de carrières libérales et commerciales, le Centre catholique international de coopération pour l’UNESCO, l’Association Montessori Internationale, l’Organisation mondiale pour l’éducation et la protection de la petite enfance, le Mouvement international de la réconciliation, le Mouvement international ATD Quart Monde, la Fondation Asie du Sud ont décidé de collaborer, avec leurs associations locales, à des actions de solidarité pour faire entendre la voix des plus vulnérables et comprendre l’évolution des situations sur le terrain.

Les échanges sur les pages de solidarité Facebook ouvertes sur tous les continents via Internet ont permis aux associations locales de se connecter rapidement entre elles et de partager des informations fiables avec les ONG internationales.

Face à cette crise sanitaire, économique, sociale, culturelle et humanitaire sans précédent :

Quels sont les principaux défis auxquels sont confrontées les populations locales ?
Dans quelle mesure la société civile est-elle mobilisée ?
La migration forcée est un défi mondial croissant. Beaucoup d’enfants déracinés sont très jeunes. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent apporter un soutien inestimable et jouer un rôle important dans la résolution des problèmes lors des crises humanitaires. Toutefois, de nombreuses questions restent sans réponse quant à la manière d’utiliser les TIC de manière éthique et équitable, tout en équilibrant les considérations d’efficacité, d’efficience, de sécurité et de respect de la vie privée.

L’événement était destiné aux États membres, aux agences des Nations unies et à la société civile pour montrer l’urgence de la situation :
Investir dans les plus jeunes enfants réfugiés et migrants et leurs familles grâce à des programmes efficaces de DPE/EPE.
Sensibiliser à l’importance de développer des outils et de nouvelles technologies.
de collecter des données qualitatives et ventilées sur l’accès aux programmes numériques sur le bien-être des enfants migrants et réfugiés,
de diffuser des informations sur les prestations à vie pour les enfants.

Participants : Danielle De La Fuente, fondatrice et directrice exécutive, Amal Alliance ; Niels Peter Rygaard, co-fondateur et directeur exécutif, Fondation Fairstart ; Isabel Cristina Granada Garcés, spécialiste sectorielle principale, Initiative sur les migrations, Banque interaméricaine de développement ; Aaron Meyerson, directeur adjoint de la technologie à large bande, Bureau du directeur de la technologie, Bureau du maire de la ville de New York.
Modératrice : Charlotte Jenner, responsable des rapports et de la communication, HCR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre Lettre
Page Facebook
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal