Penser comment impliquer les familles dans lꞌéducation de leurs enfants – Odet Noa Comans

Notes sur lꞌexpérience cubaine et les apprentissages de lꞌannée dernière

Je vous invite dꞌabord, en lisant ce texte, à vous demander : Pourquoi est-il essentiel préparer la famille pour une attention éducative de qualité ? Et ce qui est encore plus important : De quoi avons-nous besoin actuellement pour que les familles sꞌimpliquent davantage et mieux dans le développement des enfants ? Il fallait une pandémie pour donner aux familles leur rôle éducatif ?

Il est prouvé que les premiers apprentissages de vie surviennent à partir des influences familiales. En Amérique latine, le lieu central qui occupe la présence des familles est un trait constitutif de lꞌéducation de la petite enfance, en générant des liens complémentaires à lꞌaction du système éducatif, avec un dialogue puissant avec les traditions et les caractéristiques culturelles de différentes communautés (Mayol Lassalle, Marzonetto et Quiroz, 2020).

Les enfants qui participent à une modalité éducative de qualité, qui renforce ces liens, tendent à être les plus enrichis. Par exemple, lꞌexpérience intersectorielle développée à Cuba montre que, dans la modalité familiale, les niveaux de développement de lꞌenfant atteints sont plus élevés.

Dꞌaprès les statistiques officielles du ministère de lꞌÉducation de Cuba, 99,5 % des enfants cubains entre 0 et 6 ans participe dꞌun programme ou dꞌune institution dꞌéducation précoce. Au-delà de lꞌéducation, Cuba applique une approche holistique pour le développement dans la petite enfance, en fournissant aux enfants de moins de 6 ans et leurs familles un système de services intégrés, qui a pour objectif promouvoir le meilleur début dans la vie à toute la population enfantine et le développement optimal du potentiel de chaque enfant au niveau national. Cuba sꞌest distinguée dans la région par le plus grand nombre dꞌactions intersectorielles dès le moment où la femme tombe enceinte jusquꞌà lꞌentrée de lꞌenfant dans lꞌéducation primaire (Siverio, 2016).

Le Système Éducatif de la Petite Enfance a une portée nationale, il est gratuit et non-obligatoire. Il est structuré en deux alternatives dꞌattention éducative : lꞌalternative institutionnelle, avec les cercles enfantins et le niveau préscolaire de lꞌécole primaire, et lꞌalternative non institutionnelle, avec le programme « Educa a tu hijo » [Éduquez votre fils]. Lꞌobjectif a toujours été de garantir et de maintenir la plus large couverture dꞌattention de qualité, en tant que politique dꞌÉtat.

Les deux modalités sont surveillées, planifiées et rendues viables par la Direction National de lꞌÉducation de la Petite Enfance du ministère de lꞌÉducation cubain et elles répondent à un programme qui encourage cinq dimensions de lꞌéducation et du développement : social-personnel, communication, esthétique, moteur et relation avec lꞌentourage.

Le Programme dꞌAttention Éducative cubain « Éduquez votre fils » a des caractéristiques très intéressantes qui, adaptées à lꞌactualité et conceptualisées dans les différents pays, peuvent servir de référence pour le développement de bonnes pratiques dans la petite enfance. Avec un caractère intersectoriel, communautaire et avec la participation décisive de la famille, aussi bien dans les zones urbaines comme dans les zones rurales, il sꞌoccupe de la plupart de la population enfantine cubaine, avec 69,05 % de couverture (Pedagogía [Pédagogie], 2001).

Il convient de souligner que lꞌexpérience de ce programme a eu du succès. Cela était dû, dans une large mesure, au fait quꞌil a été basé dès ses débuts sur la recherche scientifique. À cet égard, et en restant cohérents, on ajoute la recherche sur lꞌusage des technologies dans les premiers âges. Étant donné que nos enfants naissent dans un monde complètement médiatique.

Pendant la dernière décennie, on développe notamment à Cuba un processus de numérisation et dꞌinformatisation de la société dans lequel les membres des familles ont un meilleur accès aux technologies et ils ont besoin de connaître la manière dꞌobtenir le meilleur profit éducatif.

Avant lꞌannée 2020, les résultats des rapports de recherche indiquaient que la consommation de moyens de communication dans lꞌenfance était élevée et quꞌelle arrivait aux âges plus précoces chaque année (CELEP [Centre de Référence dꞌAmérique Latine pour lꞌÉducation Préscolaire], 2017).

Pendant lꞌannée 2020 et ce qui va de lꞌannée 2021 −temps de pandémie− la famille a dû être la protagoniste absolue du soin et de lꞌéducation des enfants aussi. À Cuba, et dans le monde entier, les mères et les pères ont réinventé et doublé les efforts pour y parvenir.

On a renforcé une triade déjà existant, mais de laquelle nous nꞌen nꞌavions pas assez de conscience : famille-enfant-écrans. Quelques-uns peuvent penser que lꞌincorporation des écrans est un peu nocif, nuisible et néfaste pour le développement enfantin, mais la vérité est quꞌon les utilisent, maintes fois de manière démesurée, sans limites.

Le point de départ est la compréhension du fait que dans le foyer, si la famille est bien orientée, on peut influencer sur lꞌusage des moyens de communication, car cꞌest le lieu où se produit la plus grande partie de la consommation. Par conséquent, les relations de médiation parentale sont extrêmement importantes afin de pouvoir conduire à bon port lꞌéducation et le développement enfantin.

Évidemment, chaque famille a ses particularités et chacune développe plus ou moins ses médiations, lesquelles vont dès les plus actives jusqueꞌaux plus restrictives. Elles concernent essentiellement la manière de guider la sélection du contenu dans les médias destiné aux enfants ; la gestion du temps de consommation ; comment se préparer à des expériences négatives (cꞌest-à-dire, face aux contenus pour les adultes) et à des expériences positives aussi, à partir de lꞌinterprétation des messages reçus des médias. Si nous enseignons aux familles à réaliser de meilleures médiations, nous les impliquerons davantage dans leur rôle éducatif.

Le plus important est que, dans cette triade famille-enfant-écrans, les adultes réalisent dans le foyer des médiations appropriées. Pour faire cela, ils doivent développer des relations de collaboration et de divertissement, à partir des contenus des médias. En tenant compte des limites du temps de consommation et des contenus pour chaque âge.

Ainsi, favoriser que les enfants se posent des questions, quꞌils remettent en question ce quꞌils voient, quꞌils écoutent et apprennent aussi à profiter dꞌune histoire audiovisuelle, en prenant le temps quꞌils ont besoin pour la comprendre et ensuite, à dꞌautres activités, ils peuvent parler librement de ses personnages préférés ou de ce quꞌils veulent. Il est fondamental quꞌils sachent que nous −les adultes− les écoutons, nous leur répondons, que nous sommes présents.

Comme je lꞌai déjà dit, je préfère les médiations qui enrichissent la communication familiale et les apprentissages conjoints : elles sont celles qui voient lꞌenfant au milieu, avec ses besoins et ses intérêts. Celles qui pensent à la stimulation la plus large possible, qui le conduisent aux niveaux supérieurs dꞌindépendance et qui le forment comme un être humain critique, réfléchi, créatif ; celles qui poussent son développement. Si on doit impliquer les écrans, que ce soit depuis cette perspective.

Références bibliographiques :

CELEP (2017). Acercamiento de los niños, las niñas de la primera infancia y sus familias a una cultura audiovisual. La Habana: Informe oficial de resultados de investigación del Ministerio de Educación de Cuba. [Rapprochement des garçons et des filles de la petite enfance et leurs familles à une culture audiovisuelle. La Habana : Rapport officiel des résultats dꞌinvestigation du ministère de lꞌÉducation de Cuba].

Mayoll, M., Marzonetto, C. y Quiroz, A., (2020). La Educación Inicial en los Sistemas Educativos Latinoamericanos para los Niños y Niñas de 3, 4 y 5 años. Análisis comparativos de políticas de primera infancia. Buenos Aires: Publicación oficial del Instituto Internacional de Planeamiento de la Educación de la UNESCO. [LÉducation Initiale dans les Systèmes Éducatifs dAmérique Latine pour les Garçons et les Filles de 3, 4 et 5 ans. Analyses comparatives des politiques de la petite enfance. Buenos Aires : Publication officielle de lꞌInstitut International de Planification de lꞌÉducation de lꞌ UNESCO].

Siverio (2016). Early Childhood Development in Cuba. UNICEF Oficina Regional para América Latina y el Caribe. [UNICEF Bureau Régional pour Amérique Latine et les Caraïbes] Disponible en anglais et en espagnol à lꞌadresse suivante : https://www.unicef.org/cuba/media/591/file/early-childhood-development-cuba-2016.pdf           http://es.iipi.cl/documentos_sitio/1168_IIPI-000078_El_desarrollo_de_la_primera_infancia_en_Cuba_.pdf

Odet Noa Comans. Psychologue. Professeure et chercheuse en Éducation et Développement de la Petite Enfance. Elle a travaillé comme professeure à la Faculté de Psychologie de lꞌUniversité de La Habana et à lꞌUniversité de Sciences Pédagogiques « Enrique José Varona » à La Habana, Cuba. Elle a été conseillère technique en éducation du Centre de Référence dꞌAmérique Latine pour lꞌÉducation Préscolaire [CELEP selon ses sigles en espagnol]. Elle est Vice-présidente du Comité Cubain de lꞌOMEP. Son approche principale dans la recherche est le rôle de la famille dans lꞌéducation de la petite enfance, ainsi que les médiations parentales autour des moyens de communication et lꞌeffet quꞌils ont sur le développement de petits garçons et de petites filles. Elle est lꞌauteure des publications nationales et internationales et elle développe sa thèse doctorale sur cette thématique à lꞌUniversité de Deusto, Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe to Our Newsletter
Facebook Page
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal