Que pouvons-nous et devons-nous apprendre les uns des autres?-Sharon Lynn Kagan

Au fur et à mesure que la pression pour promouvoir le bien-être des enfants augmente dans le monde entier, la question reste de savoir comment y répondre. Dans certains pays, le choix se porte sur les investissements (OCDE, 2020a) ; dans d’autres, sur de nouveaux services directs, notamment la garde d’enfants, les congés familiaux, les visites à domicile et les activités de santé (OCDE, 2020b ; UNICEF, 2019) ; et dans d’autres encore, l’accent est mis sur l’amélioration de la qualité, des capacités et de la rémunération des travailleurs (OCDE, 2021).

Lequel de ces efforts a le meilleur impact? Lequel de ces efforts est le plus souhaitable et le plus prédictif pour les enfants à long terme? Que nous dit la littérature sur ces questions, surtout si l’on prend des pays très différents, chacun marqué par des contextes culturels, sociaux, économiques et politiques différents ? Pour aborder cette question, une étude internationale de trois ans a été menée et a permis de dégager des résultats importants pour guider nos efforts.

L’étude, publiée sous le titre Early Advantage (Kagan, 2018 ; Landsberg & Tucker, 2019), s’est concentrée sur six pays très performants en matière de qualité des services à la petite enfance (Economist Intelligence Unit, 2012) et de résultats PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) (OCDE, 2012). Dans le cadre de cette recherche, les performances de chaque pays en termes de systèmes directs de la petite enfance, de politiques, de gouvernance et de ressources financières ont été examinées afin d’identifier le caractère distinctif de chaque système de haute qualité pour la petite enfance. Bien qu’ils ne représentent pas des pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFM), les pays choisis se sont avérés être diversifiés en termes de concepts politiques : nordiques (Finlande), asiatiques (Hong Kong, Singapour et la République de Corée) et anglo-saxons (Royaume-Uni et Australie), ainsi que remarquablement variés dans leurs approches de l’amélioration du bien-être des enfants. Bien qu’aucune approche ou service ne soit identique ou transposable dans un autre pays, des conclusions révélatrices ont émergé. 

Conclusion 1 : LE CONTEXTE CONTOURNE : les politiques et pratiques de tous les pays reflètent leur contexte

Il fallait s’attendre à ce que les différentes approches et les différents degrés d’engagement en faveur des services destinés aux jeunes enfants reflètent le contexte unique de chaque pays.

Personne ne pourrait comparer l’engagement budgétaire impressionnant de la Finlande, grâce à ses politiques de financement et d’offre publiques fortes, avec la situation des pays asiatiques ou anglo-saxons, qui s’appuient davantage sur l’engagement du secteur privé pour fournir des services. En outre, personne ne pourrait comparer l’engagement public en faveur du contrôle et de la responsabilisation des services dont font preuve les pays asiatiques et anglo-saxons étudiés avec celui de la Finlande, où l’accent est mis sur l’universalisme, le professionnalisme et la confiance. L’important n’est pas qu’une approche soit nécessairement meilleure que l’autre, ni qu’il faille classer les approches (de la bonne à la meilleure), mais que les résultats révèlent que les politiques et les pratiques proposées par chaque pays sont façonnées par leur contexte généralement immuable. C’est pourquoi toute politique visant à étendre ou à améliorer les services destinés aux jeunes enfants doit être élaborée, réfléchie et mise en œuvre avec une profonde compréhension du contexte social, politique, économique et historique de chaque pays.  En d’autres termes, ce qui fonctionne dans un pays A peut ne pas fonctionner dans un pays B, même si les conclusions et les stratégies adaptées à des contextes différents peuvent améliorer notre compréhension et orienter notre action pour voir ce que nous pouvons faire et comment aborder au mieux l’amélioration des politiques dans notre propre contexte.

Conclusion 2 : AMÉLIORATIONS MULTIPLES : tous les pays offrent une gamme de services directs aux jeunes enfants et à leurs familles.

Malgré des contextes politiques différents, tous les pays ont fourni un éventail de services aux jeunes enfants et aux familles. Au cours des périodes prénatale et périnatale, tous les pays ont proposé des congés familiaux, des soins médicaux subventionnés en début de grossesse et des services de visites à domicile. Pour les nourrissons et les enfants jusqu’à l’âge de 2 ans, la plupart des pays ont fourni des subventions aux familles à faibles revenus et à risque pour qu’elles puissent accéder aux services et au soutien aux familles. Tous les pays disposent de services préscolaires pendant l’année précédant l’entrée dans l’enseignement formel, et la plupart proposent des programmes de rémunération, d’incitation et de développement professionnel pour les personnes travaillant avec de jeunes enfants. Bien que souvent négligé, il est important de noter que tous les pays ont mis en place des mesures incitatives pour les jeunes enfants et la famille lors de la transition vers l’éducation formelle. Un enseignement notable est que tous les pays n’offrent pas tous ces services, mais tous reconnaissent la petite enfance de la naissance au moins jusqu’au début de l’éducation formelle pour les jeunes enfants de cette tranche d’âge. En d’autres termes, les politiques de la petite enfance de tous les pays ont des approches multiples de l’âge, et peu d’entre eux donnent la priorité aux services destinés à un groupe particulier. En outre, tous offrent un large éventail de services aux enfants dans les premières années de leur vie.

Conclusion 3 : STRUCTURES ET SYSTÈMES : se concentrer au-delà des services directs

Il convient de noter, car c’est souvent négligé, que chacun des pays comprend que pour atteindre la qualité, l’équité, la durabilité et l’efficacité des services, les ressources et les politiques doivent également se concentrer sur l’infrastructure qui soutient les services et les programmes fournis directement aux enfants. Cela signifie que les pays doivent prêter attention à la manière dont ils gèrent et financent les services destinés aux jeunes enfants, s’efforcer d’assurer la cohérence des règlements des programmes et de la certification du personnel dans les différents flux de financement, examiner la manière dont le personnel est préparé, recruté, évalué et rémunéré ; se concentrent sur des efforts systématiques visant à promouvoir la diversité du leadership et à impliquer diverses populations dans la prise de décision concernant les programmes ; tous ont des cadres qui guident les politiques et les programmes ; et tous ont une certaine forme de collecte de données, qui est utilisée pour améliorer la qualité des programmes et des services. Enfin, tous les pays comprennent l’importance de la recherche, de sorte que la plupart ont financé des entités de recherche gouvernementales pour favoriser le développement de nouvelles connaissances sur les jeunes enfants. En d’autres termes, ces pays se concentrent sur différents éléments de cette infrastructure, mais tous comprennent que le financement des services directs ne suffira pas à produire la qualité des services de la petite enfance dont les jeunes enfants ont besoin : se concentrer sur l’infrastructure est une condition préalable nécessaire à un système de qualité pour la petite enfance.

Conclusion 4 : SYNERGIE : liens de planification

Bien que cela ne soit pas évident, tous les pays planifient leurs investissements de manière à obtenir une synergie entre eux. Ils planifient des améliorations de la gouvernance pour avoir un impact sur le développement professionnel ou pour savoir quel impact la façon dont les informations sont collectées à partir des données de suivi peut avoir sur le financement de la petite enfance. Plus précisément, les cadres mentionnés ci-dessus ne sont pas seulement utilisés pédagogiquement avec de jeunes enfants, mais le processus d’élaboration du cadre implique une variété d’individus contribuant à sa construction. Le contenu du cadre sert de multiples objectifs : il guide le développement de programmes de formation des enseignants, de paramètres d’évaluation pour les enseignants et les enfants, et de moyens de gérer la transition vers l’éducation formelle.  Il stimule également l’investissement économique grâce aux incitations fiscales mises en place pour récompenser et simuler l’adoption du cadre. En bref, un système efficace pour la petite enfance exige la création de liens réfléchis et intentionnels entre les éléments d’infrastructure. Les documents sont utilisés pour guider les multiples facettes de l’infrastructure et les politiques mises en œuvre dans un domaine sont évaluées en fonction de leur impact sur d’autres éléments systémiques. Ainsi, une planification intentionnelle produit des synergies qui construisent et relient des systèmes cohérents.

Prises ensemble, ces quatre conclusions fournissent des orientations significatives alors que les innombrables pays du monde entier examinent leurs multiples options pour promouvoir le bien-être des enfants. Comme le montrent les exemples détaillés figurant dans les deux volumes de l’étude Avantage précoce, les efforts déployés pour assurer la qualité de la vie des jeunes enfants sont riches et variés. Non seulement nous pouvons en tirer des enseignements, mais ils constituent également des plates-formes d’innovation, car nous traçons tous des voies, adaptées à nos contextes uniques, pour la politique en faveur des jeunes enfants.

Références: 

Economic Intelligence Unit (2012). Starting well: Benchmarking early education across the world. Disponible en: http://graphics.eiu.com/upload/eb/lienstartingwell.pdf

Kagan, S. L. (2018). The early advantage 1—early childhood systems that lead by example: A comparative focus on international early childhood education. New York: NY, Teachers College Press.

Landsberg, E., y Tucker, M. S. (2019). The Early Advantage: International Insights from Innovative Early Childhood Systems. Building Systems that Work for Young Children (Vol. 2). New York, NY: Teachers College Press.

Organización para la Cooperación y el Desarrollo Económicos (OCDE) (2012). PISA consequences. New York, NY: Teachers College Press.

Organización para la Cooperación y el Desarrollo Económicos (OCDE) (2020a). Early childhood education: Equity, quality and transitions. Disponible en: https://www.oecd.org/education/school/early-childhood-education-equity-quality-transitions-G20.pdf

Organización para la Cooperación y el Desarrollo Económicos (OCDE) (2020b). Education at a Glance 2020: OECD Indicators. OECD Publishing, Paris. Disponible en:  https://dx.doi.org/10.1787/69096873-en

Organización para la Cooperación y el Desarrollo Económicos (OCDE) (2021). Starting strong VI: Supporting meaningful interactions in early childhood education and care. Disponible en: https://www.oecd-ilibrary.org/education/starting-strong-vi_f47a06ae-en

UNICEF (2019). Paid parental leave and family-friendly policies: An evidence brief. Disponible en: https://www.unicef.org/sites/default/files/2019-07/UNICEF-Parental-Leave-Family-Friendly-Policies-2019.pdf

Sharon Lynn Kagan est titulaire de la chaire de politique de la petite enfance et de la famille Virginia et Leonard Marx et co-directrice du National Center for Children and Families au Collège de l’université Columbia. Elle est également professeure adjointe au Child Study Center de l’université Yale. Kagan est une auteure prolifique (300 articles et 18 livres), une oratrice publique et une érudite de premier plan, ainsi qu’une membre active d’une trentaine de conseils et de panels. Récipiendaire de doctorats honorifiques nationaux et internationaux, elle est membre de l’American Educational Research Association (AERA), membre de la National Academy of Education (NAEd) et boursière Fulbright (Tadjikistan). Reconnue internationalement par ses connaissances et ses réalisations, elle a conseillé plus de 90 gouvernements sur la politique de la petite enfance. Kagan est la seule femme dans l’histoire de l’éducation américaine à avoir reçu les trois prix les plus prestigieux : le Distinguished Service Award du Council of Chief State Schools Officers (CCSSO) en 2004, le James Bryant Conant Lifetime Achievement Award de l’Education Commission of the States (ECS), et le Harold W. McGraw, Jr. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre Lettre
Page Facebook
Facebook Pagelike Widget
Aller au contenu principal